L'attente du Miracle

Mis à jour : mars 28


Depuis de nombreuses années, je me rends compte en consultations à quel point l’attente du Miracle est devenu viscérale. C’est la conséquence implicite et sournoise de notre société de plus en plus effrenée et matérialiste.


Lorsque vous pratiquez dans la sphère très (trop) vaste de la thérapie énergétique, il est fréquent de voir arriver des personnes qui sont passées par « 36 spécialistes » auparavant : il en résulte beaucoup de déception, et surtout d’attente !


De ce fait, l’étiquette « dernier recours » vous est souvent collée sur le front. Une part de moi le comprend, mais l’autre part à de plus en plus de mal à supporter ceux qui n'intègrent pas le fait que vous n’êtes pour rien dans leurs pérégrinations, et qui attendent « le Miracle » rapide et à bon prix.


Ceux qui me connaissent savent que je suis honnête de la tête aux pieds dans ma démarche : je ne pousse pas à la consommation, j’essaye au maximum de m’adapter, et je ne regarde pas à la minute (même à la ½ heure près) en ce qui concerne la facturation de mes consultations. J’aime ce que je fais, profondément, et je veux aider du mieux possible.

Mais je ne suis pas un magicien !!! Personne ne l’est !! Quand j’entends, peu après la première séance, que rien n’a changé et que ce n’est pas la peine de continuer… je suis abasourdi. Surtout que nous n’étions pas dans le soin « bien-être », mais dans une dynamique plus lourde, qui traine depuis de nombreuses années.


J’ai aussi eu droit à l’argument : « des amis sont allés au bled (je cite), et ils ont été nettoyés en une fois ». Ouah !!! J’ai envie de dire : « allez-y alors ! », car je me demande ce que cette personne fait devant moi. Evidemment, ça ne rate pas : lorsque j’annonce que cette séance initiale va devoir être suivie de deux ou trois autres pour stabiliser le travail… je me heurte à un visage qui se décompose, et se ferme aussitôt (pourtant, j’ai même été jusqu’à proposer un tarif spécial, pour être arrangeant).

La suite, vous la connaissez. Si nous étions des petites souris, je suis certain que le plus souvent ce genre de clients ne rechigne pas à payer mensuellement 100€ sa cartouche de cigarettes, à faire les boutiques pour être toujours à la mode, etc…


Evidemment, un kiné qui annonce plusieurs séances de soins pour une problématique sérieuse, cela ne pose aucun souci : remboursement oblige. Mon domaine n’est pas remboursé… et je n’y suis pour rien ! Si je pouvais changer la donne, ce serait avec plaisir.


Par conséquent, que je sois en fin de parcours, et/ou face à de la mauvaise foi, il est profondément désolant d’être pris pour un faiseur de miracle. Quand on œuvre dans les énergies, ou qu’on s’y intéresse, il faut être réaliste (et oui, ce n’est pas antinomique) : la manipulation de flux subtils dans une dimension plus dense (la nôtre) reste délicate et instable. Il est donc nécessaire de revenir, et d’insister sur le travail, un minimum.



Cette attente fébrile du miracle est une plaie. Elle est même méprisante, à son paroxysme. Un brin de bon sens et d’intelligence (ce dont nous prive de plus en plus notre société) permettent de prendre conscience que face à des problématiques anciennes et/ou sévères, un minimum d’efforts sont nécessaires.


Mais bon… le séjour annuel au ski (même avec peu de moyens) reste prioritaire, quitte à trouver plus tard un nouveau faiseur qui prendra plus cher, mais promettra… le miracle sous 48 heures !*


A bon entendeur.



*D’où la pancarte dans mon cabinet qui stipule : « Ici le possible est déjà fait, l’impossible est en cours… pour le miracle, prévoir 48 h de délai ». Peut-être aurais-je du rajouter la mention : « second degré » ?



Yann Kunter


Soins énergétiques

Thérapie par les sons (bols de cristal, diapasons), harmonisation

Dégagement des nuisances et pollutions psychiques sur lieux et personnes


www.migration-des-ames.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now